Apprenez à percevoir et vivre ce qui est en vous

La technique du film dans l’EFT

Dans ce que je nomme les allégements du terrain psycho-émotionnel, l’E.F.T. tient une place honorable.

www.sxc.hu

Brève introduction à ce que j’appelle « allègement du terrain ».

Toutes les situations où nous sommes en conflit avec ce que nous pouvons ressentir empêchent le flux de ce ressenti. Une partie stagne alors en nous et provoque des toxines émotionnelles. C’est exactement comme la nourriture, notre métabolisme la digère comme il digère les émotions, les pensées… Une partie peut être assimilée et éliminée une autre non.

Il existe plusieurs techniques d’allègement de terrain : l’E.F.T. et ses dérivés – Nerti – Tipi – le travail de Byron Katy – l’E.M.D.R. – la Kinésiologie – toutes les formes de psychothérapie . Très peu peuvent être juste utilisés par soi-même. L’E.F.T. en fait partie.

Connaissez-vous l’E.F.T ?

C’est une technique psycho-énergétique pointue inventée par Gary Graig.

En deux mots, elle consiste à tapoter certains points d’acupuncture tout en restant focalisé sur une sensation corporelle ou une pensée et en répétant une phrase adaptée à la perception. La sensation corporelle ou la pensée sont activées en visualisant un moment critique de sa vie ou un point stressant de sa vie.

Son effet.

La focalisation sur la perception ou la pensée dérangeante doublée par la répétition d’une phrase liée à celles-ci, soulève la charge de stress accumulée, pendant que les tapotements sur les points d’acupuncture l’épurent. L’ensemble participe à l’assimilation/élimination de la digestion émotionnelle.

E.F.T. est une abréviation anglaise qui veut dire « Émotional Freedom Technique » et se traduit en français par « Technique de libération émotionnelle ». L’appellation porte bien son nom.

Les nombreuses séances que j’ai animées m’ont montré ce flux qu’il est possible d’ouvrir et où l’intelligence de survie naturelle intrinsèque à la personne va opérer dans le sens où la libération va se faire en fonction de son ouverture.

La technique du film.

L’E.F.T. peut être utilisé de différentes façons, mais celle que je trouve la plus pertinente est la technique du film.

La technique du film consiste à :

  1. choisir une séquence de la situation où va s’activer trois pics de stress maximum,
  2. dérouler cette séquence dans son imaginaire comme un film,
  3. s’arrêter au premier pic de stress et pratiquer le traitement E.F.T. (Tapotements – Focalisation sur la perception – Répétition d’une phrase),
  4. répéter le processus sur toute la séquence.

Exposé plus concret.

Je vais vous l’exposer à travers une séance reçue par Dominique Monette en démonstration pendant ma formation.

La situation que j’ai choisi pour cette démonstration, bien que je ne m’en souvenais qu’en partie, remontait à mes six ans environ. J’étais en classe et mon voisin avait apporté toute une collection de porte-clés, environ cent autant que je m’en souvienne. J’en ai eu tellement envie que je n’ai pu m’empêcher de les prendre et de les cacher dans mon casier sous ma table. Bien sûr mon copain s’en est aperçu après coup, bien sûr la maîtresse a retrouvé les porte-clés dans mon bureau. Sa punition a été de me fesser cul nul devant tout le monde avec une règle. Cet acte que j’ai vécu comme une humiliation s’est trouvé renforcé dans mon alchimie par le fait que mes deux meilleurs copains m’ont jugé et rejeté à la sortie.

Au début de la séance, je ne me souvenais que de l’humiliation. Une bonne partie de la perception avait été plongée dans l’amnésie. La séquence du processus E.F.T. a démarré avant la fessée, au moment où je devais m’avancer du fond de la classe vers le bureau où la maîtresse était. Au fur et à mesure du processus et de mon acceptation des perceptions retenues, le souvenir est apparu plus clair. Je me sentais bien moins en conflits intérieurs avec l’histoire.

J’ai pu constater ce phénomène avec plusieurs techniques.

Les bienfaits des techniques comme l’E.F.T.

Il apparaître que l’amnésie élimine les effets du trauma, il n’en est rien. C’est même pire. En psychologie quantique nous constatons que la meilleure façon d’oublier, c’est de se souvenir. Pourquoi, me demanderiez-vous ? Parce que lorsque nous nous souvenons nous pouvons dépasser le conditionnement de la crainte et de la résistance. Nous signifions à notre cerveau dans notre acte même et non dans l’idée que nous n’avons pas de peur avec ladite expérience et de ce fait il n’a pas besoin de construire de conflit entre l’information de survie et notre intellectualisation de l’information. Notre structure de survie se construit en grande partie sur la retenue de perceptions non assumées et donc non vécues. Pour pouvoir les éviter à notre conscience, il doit donc pousser le cerveau à rester focaliser dessus jusqu’au cœur de notre inconscient. J’ai l’habitude de dire que dans ces conditions, nous revivons l’agression à chaque instant dans notre inconscient. Ainsi est-il compréhensible que bon nombre d’entre nous se réfugient dans le raisonnement afin de ne pas sentir. Pourtant, pour bien évaluer les différentes facettes de l’instant et pouvoir agir avec justesse et précision et en conséquence, il est capital de pouvoir ressentir ce que le corps perçoit dans l’instant. Il est donc aussi capital d’avoir allégé ce corps des informations qu’il est programmé à garder et à retenir à notre conscience.

L’hygiène psycho-émotionnelle.

Dans ma compréhension, la possibilité d’épurer ses perceptions et de réorganiser l’alchimie de son inconscient est une chance de notre siècle. Je ne sais pas ce qui était possible au temps de ma grand-mère et avant, mais il me semble que depuis quelques années, il nous est proposé des outils pratiques et concrets pour épurer cette alchimie. De plus, pour certaines, nous pouvons les utiliser d’une façon autonome et favoriser nos prises de conscience.

Voilà une des raisons pour laquelle une formation sur la technique du film E.F.T. vous est offerte à votre inscription à la liste «Nerti» ou à la liste «Surfez votre vie» sur ce blog.

L’utilisation de la technique du film.

Pour épurer votre alchimie des charges de stress accumulées, vous devrez établir une liste des situations où vous reconnaissez le fait de retenir des perceptions avec une charge de stress relativement importante. Vous devrez ensuite faire le processus E.F.T. pour plusieurs de ces situations. Je dis bien plusieurs et non « toutes ». Une personne qui a suivi la formation E.F.T. que je propose sur ce blog m’a exprimé qu’elle ne pouvait effectuer le processus, car elle avait trop de situations passées stressantes et qu’elle n’en finirait pas.

Ce que vous devrez dépasser pour utiliser des techniques comme l’E.F.T. – Nerti /Tipi – le Travail de Byron Katy – Ho’oponopono…

Je vais développer petit à petit sur ce blog l’éclairage sur les freins mis en place par notre structure de survie. Dans le cas de cette personne, à mon sens son imagination retient inconsciemment la décision de rencontrer à nouveau les perceptions. Sa structure de survie la maintenait dans l’idée inconsciente que retrouver ses perceptions, ce passé, lui serait néfaste, car ce qui reste dans sa conscience est l’horreur vécue. Elle ne comprend pas que l’horreur vécue à l’âge du trauma n’est absolument pas la même des années plus tard et qu’en fait les perceptions sont retenues par l’exercice de sa mémoire guidée par sa structure de survie.

Pour cette raison, j’ai été amené à penser qu’il était bon de démystifier le mystère que notre égo maintient au travers de notre personnalité. Dans un jeu de mots, je dirai que nous avons à « percer  l’alité » avec ce passé qu’il rend vrai, mais qui n’est que de la mémoire.

Les limites de l’utilisation de la technique de l’E.F.T.

Là où l’histoire se complique pour alléger le terrain, c’est que notre survie comme notre incompréhension de la vie et la mort a construit l’égo qui a besoin de retenir toute perception « négative » pour se sentir plus fort, pour se donner l’impression de contrôler et d’être en sécurité. Ce fait est une illusion.

Ni l’E.F.T., ni des techniques comme Tipi ou Nerti n’accompagnent vers la prise de conscience des effets de l’égo. L’égo a son positif et son négatif. Vous trouverez sur ce blog des vidéos sur son sujet. Dans ma compréhension, comme ces techniques et d’autres donnent l’illusion de pouvoir contrôler ce passé, elles peuvent avoir tendance à renforcer l’identification à l’égo. Le dommage dans ce cas est qu’autant nous restons identifiés à notre double autant nous retenons l’émergence de la conscience de l’essence qui est une « co/naissance » incomparable.

Pour bénéficier de la formation E.F.T., vous pouvez vous inscrire soit à la liste du milieu soit à la liste de droite à cette page.

N’hésitez pas à poser une question dans les commentaires pour mieux comprendre mon exposé.

Que la paix soit dans votre pas.

Faire suivre à vos amis

: Nom
: Nom
: Nom
: Nom
: Nom

Laisser un commentaire

Espace membre gratuit